Fiche projet

Projet Nile’s Earth

Pays : Soudan, Égypte
Date : 2019 - 2023
Continent(s) : Afrique
Thème(s) : Patrimoine

Le long de la vallée du Nil la transformation des environnements naturels par l’action de l’homme avec la mise en culture de zones auparavant inexploitées menace de plus en plus les sites archéologiques. La prolifération des mauvaises herbes et la remontée des eaux de la nappe phréatique en sont des conséquences directes et représentent les défis majeurs dans l’élaboration de nouveaux protocoles de conservation adaptés aux architectures de terre de l’Égypte et du Soudan, au moment même où celles-ci commencent à bénéficier de toute la reconnaissance qu’elles méritent.

Dès la naissance de l'égyptologie au XIXe siècle, puis de la soudanologie, l'intérêt des chercheurs travaillant sur les sociétés anciennes de la vallée du Nil s'est principalement porté sur l’architecture en pierre, tandis que les constructions en terre n'ont été étudiées que dans leurs manifestations monumentales (les murs d'enceinte, par exemple) ou complexes (voûtes et dômes). La brique crue en Égypte, la bauge et la brique crue au Soudan ont cependant été les principales techniques de construction dès les plus hautes époques et jusqu’à l’époque contemporaine : cela implique la présence de bâtiments en terre pratiquement sur chaque site archéologique que ce soit dans des contextes urbains, religieux ou funéraires. Un intérêt croissant de la part des égyptologues et des archéologues envers l’architecture en terre a pu être observé au cours des dernières années et s’est traduit par une augmentation des études et publications consacrées à ce sujet à partir de cas d’étude souvent liés à un site en particulier. En parallèle, les autorités égyptiennes et soudanaises ont commencé à exiger de plus en plus d’actions spécifiques pour préserver et présenter au public cette facette importante de leur patrimoine culturel.

Dans ce contexte, le projet Nile’s Earth vise à développer, outre des procédures de conservation à long terme, des actions à court et moyen terme assurant la protection des vestiges déjà pendant la fouille et dans l’intervalle entre deux campagnes ensuite.

Dans cette perspective et avec une approche multidisciplinaire, des recherches sur les matériaux et les techniques de construction employées le long de la vallée du Nil à l’époque pharaonique vont s’appuyer autant sur des analyses de laboratoire réalisées sur des échantillons de briques crues et de terres que sur des recherches documentaires, des missions de terrain et des expérimentations sur place.

Une première mission à Louqsor (Égypte) en janvier 2020 a été l’occasion pour rencontrer plusieurs missions archéologiques françaises et étrangères et d’examiner des travaux de conservation et restauration actuellement en cours dans la région. Si les résultats ne sont pas toujours satisfaisants, que ce soit du point de vue de l'authenticité, de la durabilité ou des travaux de reconstruction partielle, les restaurations menées sur l’enceinte de Shunet el-Zebib à Abydos par la North Abydos Expedition illustrent bien, en revanche, l’ampleur des questionnements et des choix qui s’imposent sur un site de telle envergure et constituent un bel exemple de solutions efficaces et de bonnes pratiques.

Partenaires

UMR 8167 "Orient & Méditerranée", composante Mondes Pharaoniques